Dépêche

Pour « vérifier si elle était toujours vierge » : Karim doigte sa fille Fily adoptive de 16 ans




XOROM-SI - Accusé d’avoir doigté à 3 reprises sa fille adoptive de 16 ans, Karim Diabaté a catégoriquement nié devant le juge des flagrants délits de Dakar, alors qu’il avait reconnu l’avoir fait face aux enquêteurs et aux parents biologiques de sa victime. 

Le procureur a souhaité qu’il soit condamné à 2 ans de prison ferme. Et pourtant, la mère de la fille, qui est l’épouse du prévenu, a… pardonné. Karim Diabaté sera fixé sur son sort le 3 juillet prochain.

Malgré les nombreuses tentatives de réconciliation dans le but de régler cette affaire en famille, la dame Maimouna et son mari, Karim Diabaté, père adoptif de sa fille F. 
Sané, ont finalement lavé leur linge sale devant le tribunal des flagrants délits de Dakar, mercredi dernier. Face au juge Fatou Bintou Cissokho où il comparaissait pour viol, Karim Diabaté, qui avait reconnu avoir doigté à 3 reprises la fille pour voir s’il était toujours vierge devant les enquêteurs, les parents biologiques de la victime à savoir Maimouna et Bakary Sané, a tout nié à la barre. 
Face à la fille qui a maintenu ses accusations, pleurant toutes les larmes de son corps, Karim Diabaté a juré sur tous les saints ne lui avoir rien fait. Il reconnaît juste avoir retiré une éponge des parties génitales de la fillette.

Dans tous ses états, Bakary Sané, père biologique de la victime, qui ne réclame pas de dommages, a révélé que le mis en cause avait pourtant reconnu avoir tâté le sexe de sa fille pour vérifier si elle… voyait ses menstrues, et voir aussi si son hymen était toujours intact.
La mère de la fille, épouse du prévenu, ne croit pas au viol…
A sa suite, la mère de la victime, Maïmouna, a déclaré : «c’est Fily Sakho, homonyme de ma fille, qui m’a appris qu’elle a été violée par mon mari. 
Cela m’a fait trop mal, au début. J’ai dit à la police que j’avais demandé le divorce à mon mari, parce que je ne supportais plus qu’il couche avec moi tout en violant ma fille. 
Cependant, la colère que je ressentais envers mon mari s’est estompée et je lui ai pardonné. De plus, je ne crois pas à l’accusation de viol que porte ma fille à son endroit», a lâché la mère.

Le procureur, pour qui le viol est établi, du fait de la pénétration avec le doigt, ainsi que le certificat médical à l’appui qui atteste une déchirure hyménale ancienne, a souhaité qu’il soit condamné à 2 ans d’emprisonnement ferme.
 Constitué pour l’inculpé, Me Aboubacry Barro a argué qu’on ne savait pas la date à laquelle le certificat médical a été établi. Soutenant qu’il n’y a pas d’éléments pour entrer en voie de condamnation contre son client, Me Barro a expliqué que la seule chose qu’on pourrait lui imputer, c’est le fait qu’il aurait dit avoir enlevé une éponge des parties intimes de sa fille F. Sané. Aussi, la robe noire a demandé la relaxe à titre principal ou une application bienveillante de la loi.

Sur les faits, il a résulté des débats que la mère de la fille a appris le viol de cette dernière par le biais de son homonyme Fily Sakho qui se trouve maintenant en France.
 C’est ainsi que celle-ci a déposé une plainte et Karim Diabaté a été arrêté et inculpé pour viol avant qu’il ne soit placé sous mandat de dépôt depuis plus d’un mois. Le délibéré est fixé au 3 juillet prochain.

jotaay.net

Ajouter votre commentaire. Soyez humble et courtois, tout le monde vous lit ici.

Autre sujets

Loading...

Ailleurs dans le Web

loading...

Articles les plus consultés de XOROM-SI

loading...

Pub affiiz